“Doggy-Bag” design et solution pour la vente à emporter en France.
Demandez aujourd’hui le packaging de demain !

 

L’Union des métiers et des industries de l’hôtellerie (Umih), principal syndicat hôtelier, s’associe à la start-up TakeAway pour promouvoir l’usage du doggy-bag en France.
C’est une pratique courante dans les pays anglo-saxons, et même en Asie, mais elle l’est beaucoup moins en France. Le “doggy bag” permet d’emporter les restes de son repas commandé au restaurant à la maison.

Afin de lutter contre le gaspillage alimentaire – chaque Français jette l’équivalent de 20 kilogrammes de nourriture par an, selon le ministère de l’Agriculture, – l’Union des métiers et des industries de l’hôtellerie (Umih), principal syndicat du secteur de la restauration, s’est associé à la start-up française TakeAway afin de “généraliser la pratique du doggy bag et apporter ainsi une solution concrète et pratique aux milliers de professionnels souhaitant proposer à leur clientèle” ce type de solution.

Créée en mars 2014 par trois étudiants en master “manager d’entreprise et de centre de profit” à l’IFAG, TakeAway propose aux restaurateurs “doggy bag” et “wine bag” à la française, sous forme de boîte cartonnée micro-ondable à emporter et d’un sac à poignet permettant de transporter sa bouteille de vin non terminée.
<class=”intertitre”>Mission parlementaire sur le gaspillage alimentaire
L’initiative de la start-up s’inscrit notamment dans le sillage du pacte contre le gaspillage alimentaire présenté en juin 2013. Manuel Valls a par ailleurs confié en octobre dernier au député de la Mayenne, et ancien ministre de l’agro-alimentaire, Guillaume Garot, une mission parlementaire sur le gaspillage alimentaire, dont le rapport devrait être remis incessamment sous peu (les propositions devaient être faites dans les six mois).

L’objectif affiché est de réduire de 50 % le gaspillage alimentaire d’ici à 2025. Le 30 janvier dernier, le chef de file des députés socialistes Bruno Le Roux, a réaffirmé qu’une proposition de loi serait présentée rapidement à l’Assemblée.

Une proposition de loi avait, par ailleurs, été déposée par le député UMP du Nord Jean-Pierre Decoolen décembre dernier. Celle-ci proposait de mettre en place avec les “magasins de commerce de détail d’une surface supérieure à 1.000 mètres carrés”une convention d’organisation de la collecte sécurisée des denrées alimentaires invendues encore consommables au profit d’une ou plusieurs associations d’aide alimentaire“. Discuté en séance publique le 5 février, le texte a été ensuite renvoyé en commission des affaires économiques, le processus législatif restant depuis interrompu.

Pétition pour la collecte des invendus

Elu municipal à Courbevoie, Arash Derambarsh a, de son côté, lancé avec le réalisateur Mathieu Kassovitz, une pétition afin de mettre en place une collecte systématique des denrées invendues auprès des supermarchés afin de les redistribuer auprès d’associations, agréées on non. La pétition a déjà recueilli plus de 173.000 signatures, parmi lesquelles des parlementaires comme Alexis Bachelay, Yann Galut, Thierry Solère mais aussi des célébrités comme Omar Sy. Le chanteur de U2 Bono, via son association de lutte contre la pauvreté et la faim ONE, soutient également l’initiative.

L’élu, qui ne propose rien moins qu’un “droit opposable” identique à celui mis en place pour le logement, a attiré l’attention des médias et des politiques en décembre dernier. “S’engouffrant dans un vide juridique”, comme il l’explique aux Echos, il a alors entrepris de récupérer chaque soir les denrées non vendues auprès du Carrefour Market local et de les redistribuer le soir-même aux personnes dans le besoin, notamment les SDF.

La mesure a déjà été introduite dans la ville de Herstal en Belgique en 2013 par le député Frédéric Daerden, avant d’être étendue à toute la Wallonie. En France, chaque supermarché gâcherait chaque jour plus de 20 kg de nourriture

En savoir plus sur http://www.lesechos.fr/28/03/2015/lesechos.fr/0204260434377_bientot-des–doggy-bags–dans-tous-les-restaurants-de-france–.htm#IZpoTilblQY3ZDIp.99